20 mars 2009

Connaissez-vous le business model de l’Astrance ?

Le chiffre d’or du succès
Astrance


En cette période de crise, le ventre vide des restaurants parisiens relève désormais de l’endémique. Hors, d’autres tables, complètes midis et soirs, parquent les gourmands sur des listes d’attentes longues comme un jour sans pain.
Ces établissements offrent plusieurs points communs et l’un d’entre eux me parait déterminant.
Il y a la qualité et respect des produits, c’est sûr, le talent du Chef et une somme importante d’autres critères et paramètres, je vous l’accorde.
Mais de façon certaine et commune, un modèle « inventé » au fil de l’expérience par Pascal Barbot et Christophe Rohat avec leur triplement étoilé l’Astrance :

23/25 couverts par service et 8 services par semaine

Voilà le chiffre d’or du succès ! Peu de couverts et peu de services. Ouverture les jours ou l’approvisionnement est idéal (du mardi au vendredi) pour l’Astrance, de façon à s’assurer du meilleur et offrir aux clients des équipes reposées et disponibles à 100 % pour les 8 services.
Une forme d’assurance sans faute pour les clients. Pas de jours ou de services sans, mais des jours et des services dédiés aux plaisirs des sens.

4 commentaires:

Thierry Richard a dit…

J'espère que c'est 8 services par semaine et pas par jour ! ;-)

Bruno Verjus a dit…

Oui OUi ,je viens de rendre mon texte ... explicite. Merci de cette bienveillante oeillade. B

Caroline a dit…

J'y vais vendredi ! Et je suis tout à fait d'accord pour ces fondamentaux : peu de couverts et peu de services. Je reviens de Tours où j'étais chez Olivier Arlot, jeune restaurateur (qui sort du Park Hyatt) et qui a entrepris d'ouvrir une jolie table dans sa ville d'origine. Il ferme le samedi midi, le dimanche et le lundi, pas plus de 25 couverts par service, tout le monde est heureux et il affiche complet midi et soir, après seulement 3 mois d'ouverture...
Au fait, j'ai vu que tu avais intégré à ta bannière une peau de maquereau, tu as eu bien raison, je me disais en le voyant sur ton blog l'autre jour que ce poisson avait vraiment quelque chose de fascinant.

Bruno Verjus a dit…

Je suis amoureux des poissons et du maquereau en particulier ... et MERCI Caroline, car c'est toi qui m'a fait comprendre que je pouvais intégrer une photo sur le titre de mon blog (en voyant ta belle image)... B