28 février 2010

Connaissez-vous le guide Michelin 2010 ?

Le guide Michelin 2010 ou la stratégie de la fuite ... en avant

Depuis plus d'un mois sous la plume de François Roboth - Le Parisien, de François Simon - Le Figaro et du groupe crée par Stéphane Riss sur facebook et sur Cuisiner en ligne, les étoiles du Michelin 2010 filent ou s'accrochent aux sapins. 
Ainsi l'on sait déjà que  l'Auberge du Vieux Puits à Fontjoncousse dans l'Aude obtient une 3ème étoile, que  10 restaurants obtiennent ou passent à 2 étoiles : Le Château Saint-Martin à Vence (06), Le SaQuaNa à Honfleur (14), l'Auberge des Glazicks à Plomodiern (29), Anne de Bretagne à La Plaine sur Mer (44), Les Airelles à Courchevel (73), Le Cheval Blanc à Courchevel (73), l'Oxalys à Val-Thorens (73), La Bigarrade à Paris (75), Restaurant du Castellet au Castellet (83), La Résidence de la Pinède à St Tropez (83) et que la Maison Richeux à Cancale, le Yam'Tcha à Paris, La Tour des Vents au Moulin de Malfourat (24), le Pily à Octeville (50), le Gambetta à Saumur (49) obtiennent une étoile.

Quelques questions se posent : Pourquoi ce guide centenaire, frappé d'égotisme depuis quelques temps, se donne pour objectif de faire d'abord parler de lui plutôt que de valoriser la cuisine des artisans de la gastronomie française?
Que doit penser un américain à Paris, qui va dîner pour une étoile, donc à choix égal, chez Yam T'cha ou chez Héléne Darozze (qui devrait perdre une étoile). Le même américain qui le lendemain soir va dîner BIB gourmand, au Caffé dei Cioppi ( Paris 11) ou chez Jadis (paris 15) ? Une leçon de grand écart?
Pourquoi encenser à un tel niveau la gastronomie japonaise (Le Michelin annonçant en grand fracas que le Japon dispose désormais de plus de restaurants triplements étoilés que la France) ou allemande (le Michelin distribuant plus d'étoiles en Allemagne qu'en France). Voilà qui tient de la posture ! 
Pourquoi tirer sur nos Chefs présents à l'étranger, comme Héléne Darozze, alors que précédemment le même guide avait octroyé deux étoiles à un Chef anglais venu passer ... 6 mois à Versailles ...

Dommage de voir ainsi sourdre une France qui comme de coutume préfère se tirer dans les pattes plutôt que de favoriser un rayonnement mérité dans le monde de la gastronomie. 
Le guide Michelin, au fil du temps est devenu une marque plus qu'un guide, il se doit de cesser de rouler pour lui seul et de redevenir un véritable guide, à la condition de trouver comment sortir de l'indigence de son marketing, de ses moyens humains et financiers.

Ils en parlent ICI   ICI et ICI

2 commentaires:

Etienne a dit…

Indigence de ses moyens pour le seul guide qui paye TOUTES ses additions.

Vous êtes gonflé de dire que le guide sanctionne les chefs qui s'aventurent à l'étranger quand Gagnaire décroche deux étoiles de plus à Courchevel après celles de Paris et Hong Kong et une ouverture à Séoul...

Et je ne parle pas de Ducasse (partout), Robuchon (un peu partout), Bocuse (Epcot, Tokyo), Savoy (Vegas), Pic (Lausanne) et j'en oublie...

Bref, je trouve bien que ce guide sache justement récompenser des tables aussi diverses que Passage 53, YamTcha ou des plus classiques...

C'est vrai en revanche que d'un point de vue marketing, il y a à redire...

Bruno Verjus a dit…

Vous êtes du Michelin ?
Ce n'est pas le seul guide qui paye toutes ses additions ... Bien que ce raccourci ne signifie pas grand chose, mais bon, il est utile quelques fois d'afficher, en notes de restaurants payées, sa déontologie.
Pour ce qui concerne la liste des Chefs qui sont à l'etranger et qui gagnent des étoiles : Bravo et dans l'ordre la liste de ceux qui font la pluie et le beau temps au Michelin ... La voilà donc cette France de l'ombre, des soirées du jeudi et de l'arbitrage entre frères et camarades.
Vous oubliez dans les petits nouveaux étoilés le restaurant de MADAME Loiseau à Beaune ... et la Chèvre d'Or avec ses deux étoiles et toujours pas de chef aux fourneaux ... Voilà de belles récompenses ... Hi hi, on rigole non ?